Le cannabis thérapeutique à l’essai dès l’année prochaine en France

FranceSanté

Written by:

Dans le cadre d’une expérimentation, des médicaments à base de cannabis seront testés sur des patients dès l’année prochaine. Ils se présenteront sous la forme d’huiles, de gélules et de fleurs séchées.

Des patients apaisés

L’Assemblée nationale autorisait il y a un an l’expérimentation du cannabis thérapeutique. Cette expérience prend désormais forme et concerne pas moins de 3 000 patients. Un arrêté du 18 octobre a publié le cahier des charges des futurs médicaments, il ne reste plus désormais qu’à opérer le choix des fournisseurs pour débuter les tests (un fournisseur principal et un fournisseur secondaire en cas de défaillance du premier).

C’est l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) qui est chargé de publier sur son site un appel à candidatures pour ensuite sélectionner les prestataires. Une fois que l’étape des fournisseurs sera validée, ce qui devrait être réalisée d’ici les prochains mois, le cannabis thérapeutique devrait être testée directement sur les patients au plus tard le 31 mars prochain.

Les patients sont soulagés, étant donné qu’ils attendaient avec impatience de pouvoir commencer les tests, l’expérience ayant été déjà reportée suite au Covid-19. Alors qu’elle était censée débuter en septembre 2020, l’ANSM avait décidé cet été de la décaler à janvier 2021. Les associations de patients ainsi qu’une partie des professionnels de la santé avaient exprimé fortement leur mécontentement à l’époque dans les médias, à travers plusieurs articles sur le cannabis, notamment leur peur que le projet soit sans cesse repoussé, ou pire, complètement avorté.

Une expérience strictement encadrée

Les chercheurs ont entouré leurs expériences de plusieurs critères : les médicaments se présenteront uniquement sous des formes d’huiles, de gélules et de fleurs séchées à vaporiser, les patients sont uniquement des personnes souffrant de maladies graves (cancers, scléroses en plaques, formes sévères d’épilepsie…) et sur lesquels les traitements  plus conformes n’ont pas été efficaces.

Les caractéristiques des produits, notamment les dosages du THC et du CBD, sont aussi scrupuleusement surveillés. La concentration de THC, la substance responsable des effets psychotropes, est bien plus basse que celle contenue dans le cannabis récréatif. Les fournisseurs devront garantir la traçabilité des produits et l’entière sécurisation de leur réseau de distribution.

Le cannabis à usage médical est déjà légal dans une trentaine de pays. En Europe, ce sont les Pays-Bas qui ont été les pionniers, en autorisant son usage dès 2003. Ils ont ensuite été suivis par 21 pays, et suivant le résultat de cette étude, la France pourrait bien se rajouter définitivement à la liste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *